Demain les jardins

Projet d'association qui aura pour objectif de prévoir aujourd'hui les jardins de demain
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Conférence- débat 22 et 23 novembre " l'agriculture peut-elle être bio si elle n'est pas paysanne ?"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sophie
Admin
avatar

Messages : 225
Réputation : 0
Date d'inscription : 06/03/2009
Localisation : Terrienne

MessageSujet: Conférence- débat 22 et 23 novembre " l'agriculture peut-elle être bio si elle n'est pas paysanne ?"   Dim 4 Nov - 21:43

PHILIPPE BAQUÉ DANS LA LOIRE ET LE RHÔNE LES 22 ET 23 NOVEMBRE...

“L’agriculture peut-elle être bio si elle n’est pas paysanne ?”

papillon jaune Conférence-débat jeudi 22 novembre à 20h au France à St Etienne (42)

- A 19h, projection du film “Eldorado de plastique”, documentaire sur les serres de l’agriculture industrielle d’Alméria en Espagne.

- A 18h, Philippe Baqué signera “la bio entre business et projet de société” à la librairie Lune et l’Autre...

- Le lendemain vendredi 23, Philippe Baqué sera à St-Maurice sur Dargoire (69), pour une conférence-débat : “la bio entre business et projet de société” à l’invitation de ARPE (a 20h à la salle d’animation rurale)

Journaliste indépendant et réalisateur de films documentaires, Philippe Baqué a coordonné le livre “La bio entre business et projet de société”, écrit par 8 auteurs et paru au printemps. Livre dont Pierre Besse est venu parler en juillet dernier à la Fête des Amap de la Loire, au cours d’une discussion : "Où va la bio ? Quelle bio et quelle agriculture les AMAP soutiennent-elles ?"

Ses enquêtes sur l’agriculture industrielle l’on conduit à s’inquiéter de ce qui était en train de se passer pour la bio. Les firmes de l’agro-chimie et la grande distribution ont décidé d’en prendre le contrôle, profitant du fait que le label AB était maintenant compatible avec l’agriculture industrielle. S’il y a des profits à faire dans ce secteur – même s’il ne représente pour le moment que 3% de la nourriture, et peut-être 4,5% dans quelques années - elles veulent bien les faire ! Mettant ainsi gravement en danger le projet de la bio.

En réalité, c’est à une véritable OPA sur la bio et “le local” que les firmes et la grande distribution (y compris ses succursales “hard discount”) sont en train de se livrer. Et le même argument qui tue a été massivement ressorti : chez eux, “c’est moins cher !”, ce qui est loin de la vérité, d’ailleurs.
Dès lors, des magasins spécialisés patinent. Et les circuits courts (AMAP, diverses autres formes de partenariats locaux solidaires entre paysans et familles, magasins de producteurs, marchés à la ferme, paysans sur les marchés...) ont du mal, malgré beaucoup d’efforts, alors même que des millions de familles se posent maintenant la question de la qualité sanitaire de leur nourriture (ogm, pesticides...), et des conséquences sociales et environnementales de leur façon de se nourrir, et pourraient modifier leur comportement.

Et puis que deviennent ceux qui produisent la nourriture, les paysans, là-dedans ? Ils sont certes présents dans la communication faite par la grande distribution sur “la bio” et “le local”, avec leurs photos sur les gondoles, pour faire “près de chez vous”. Mais dans l’agriculture “bio” industrielle qu’envisagent les firmes agro-chimiques et la grande distribution, les paysans sont les grands absents. La question du prix auquel les produits leurs sont payés par les centrales d’achats ne doit pas être posée. Parce que la réponse est déjà bien connue : toujours moins cher !

Bref, si on ne se réveille pas, on aura demain l’immense majorité des “consommateurs” circulant entre des gondoles de supermarchés de produits tous issus de l’agriculture industrielle mais étiquetés diversement : “agriculture raisonnée”, “agriculture écologiquement intensive”, “agriculture à haute valeur environnementale”, “agriculture biologique”, “produits locaux”. On cherchera par contre en vain “agriculture paysanne”. On ne trouvera pas. Il n’y a pas de place pour l’agriculture paysanne dans ce système. Et d’ailleurs les paysans continuent à disparaître...

Bref, le bio-business risque de tuer la bio, et il continue à éliminer les paysans. Ce sont toutes ces questions que met sur la table le livre “La bio entre business et projet de société”. Ses enquêtes de terrain en France et dans plusieurs autres pays, et ses analyses pour essayer de comprendre et aider à réagir en font un outil exceptionnel pour celles et ceux qui travaillent sur le terrain.
De toutes ces expériences et discussions, Philippe Baqué ressort convaincu que la bio n’est la bio que si elle est produite par une agriculture paysanne. Et c’est ce dont nous pourrons discuter avec lui à St-Etienne le 22 novembre et à St-Maurice sur Dargoire le 23.

Nous vous y donnons rendez-vous !

Beaucoup plus d’informations sur ces rencontres sont disponibles ici :
<http://www.reseauxcitoyens-st-etienne.org/article.php3?id_article=2654>D’autres infos sur ce livre et tous les débats auquel il donne lieu en France ici :

<http://atheles.org/agone/agenda/li_2750.html>
<http://atheles.org/agone/contrefeux/labioentrebusinessetprojetdesociete/>

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://demainlesjardins.forumdediscussions.com
 
Conférence- débat 22 et 23 novembre " l'agriculture peut-elle être bio si elle n'est pas paysanne ?"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Promo Auchan à partir du 11 novembre
» Bourse au Mans 20 et 21 novembre
» agriculture ou commerce ?
» Bourse ACARA de Saint-Brieuc (22) 7 Novembre 2010
» Ballade dans l'Ain/Rhône/Isère le 28 Novembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Demain les jardins :: Demain les jardins :: Evénements-
Sauter vers: